Archives de l’auteur : David Colon

« Jeunes enseignant(e)s d’histoire issu(e)s de Sciences Po, nous soutenons la candidature de David Colon »

« Anciens ou membres de la préparation à l’agrégation d’histoire à Sciences Po, nous souhaitons apporter, à titre personnel, notre soutien public à la candidature de David Colon, directeur du campus de Paris, à la direction de Sciences Po.

En effet, nous partageons sa volonté de faire de Sciences Po une « école ouverte », notamment sur les autres établissements universitaires. Avec la préparation à l’agrégation d’histoire, accessible sur dossier à des candidats extérieurs, nous estimons que David Colon a d’ailleurs fait la démonstration de sa capacité à travailler avec d’autres établissements universitaires.

D’autre part, son travail à la tête de cette préparation à l’agrégation a donné des résultats tout à fait remarquables. Créé en 2005 afin de faciliter l’insertion professionnelle des doctorants en histoire de Sciences Po, ce dispositif a ainsi vu le nombre de reçus au concours passer de 4 en 2006 à 21 en 2011. La préparation a accompagné 79 agrégés en tout depuis 2006, dont beaucoup ont été très bien classés. Cette excellence s’explique notamment par les innovations pédagogiques proposées par David Colon (coaching, colles de préparation des écrits, oraux blancs, adoption du tout numérique pour les supports pédagogiques).

Cette efficacité en termes de résultats s’est doublée d’une ouverture quant à la diversité sociale des candidats. Ainsi, en 2012, les boursiers ont constitué 40% des candidats et 40% des reçus. David Colon entend étendre cette diversité sociale aux préparations proposées par Sciences Po, et notamment à celle de l’ENA.

Sa volonté d’étendre le dispositif de préparation à l’agrégation de géographie, qui répond à une véritable attente, est également l’une des raisons de notre soutien à sa candidature : en 2011, deux élèves issus de la préparation à l’agrégation de Sciences Po ont été reçus à l’agrégation de géographie.

Enfin, de manière plus générale, nous approuvons le projet qu’il défend pour Science Po, fondé sur une direction collégiale et démocratique, une gestion irréprochable et transparente, une ouverture à toutes les échelles, ainsi que sa volonté de faire de l’institution un modèle d’innovation dans la formation et la recherche.

Considérant qu’il n’est pas nécessaire d’être professeur des universités ou membre d’un grand corps pour diriger Sciences Po – le fondateur Emile Boutmy et Jacques Chapsal ne l’étaient pas – nous estimons que Sciences Po a surtout besoin d’un projet solide, convaincant, emmené par une personne qui connaît parfaitement l’institution, dont le dynamisme, la capacité de management et, surtout, la passion pour Sciences Po sont reconnus par tous.

  • Lancelot ARZEL (SP 2007, agrégation 2009, doctorant au CHSP, ATER à l’IEP de Paris)
  • Cécile BECCHIA (agrégation 2007, ATER à Paris-IV-Sorbonne)
  • Pauline BILOT (agrégation 2007, professeur en lycée)
  • Hugo BORGOGNO (agrégation 2011, professeur en collège)
  • Justine COUSIN (agrégation 2011)
  • Ismaël FERHAT (agrégation 2006, professeur en lycée)
  • Flore GALLOIS (agrégation 2011, professeur en collège)
  • Mickaël GAMRASNI (SP 2005, Capes 2007, professeur en collège)
  • Sarah GAVISON (Capes 2007, doctorante à University of Colorado, Boulder)
  • Pierre-Emmanuel GUIGO (SP 2011, agrégation 2012, doctorant contractuel Sciences Po)
  • Marc JAMPY (Capes 2007, chargé d’études Centre Alain Savary Ifé-ENS, professeur en collège)
  • Fadi KASSEM (SP 2007, agrégation 2010, professeur TZR)
  • Mélodie LE HAY (SP 2011, agrégative)
  • Laure MAZZOLINI (Capes 2007, professeur en lycée)
  • Patrice OLECH (SP 1991, capes 2012, agrégatif, professeur en lycée).
  • Matthieu OSMONT (SP 2003, agrégation 2005, docteur et professeur en lycée, ancien enseignant de la préparation à l’agrégation)
  • Anne-Charlotte PANISSIE (agrégation 2010, professeur en lycée)
  • Simon PEREGO (SP 2007, agrégation 2009, doctorant au CHSP)
  • Sophie POUSSET-DAVIEAU (SP 2006, agrégation 2007, doctorante à Sciences Po, professeur en lycée)
  • Jean-Baptiste PICARD (SP 2005, agrégation 2007, ATER à Paris-1 Panthéon-Sorbonne)
  • Zohra PICARD (agrégation 2008, doctorante à Paris-IV-Sorbonne, professeur en lycée)
  • Romain ROBINET (SP 2007, agrégation 2009, doctorant à Sciences Po)
  • Catherine HOFFMANN SAINT-PIERRE (agrégation 2008, docteur, professeur en collège, enseignante à Paris-7 et Sciences Po)
  • Sophie TEJEDOR (agrégation 2011)
  • Florent VANDEPITTE (agrégation 2011, professeur en lycée)

A brief Summary of my Project for Sciences Po

Sciences Po’s duty is to achieve exemplary, collegial, democratic and equal governance. The adaptation of the university’s statuses (propositions 1-9) will introduce a greater representation in the governing bodies and new modes of management (10-20) will put the emphasis on consultation, dialogue and evaluation whilst reinforcing Sciences Po’s social responsibility. To guarantee on the long-term a spotless management, immediate improvements shall be made (21-25), such as the full implementation of the recommendations of the Cour des Comptes or the suppression of the “bonuses” awarded to top executives. We must put in place a more controlled development of our university (26 – 31), by promoting rational, responsible and optimised resource management. Sciences Po must be more than ever an “open school”, as initially conceived by Emile Boutmy. It is urgent to re-establish normal relations with our public partners (32 – 36), to have Sciences Po reflect on the renewal of higher education and research (37 – 42), especially by setting up a real cooperation with the other Institutes of political studies, and to continue our internationalisation whilst reinforcing our links with our immediate environment (43 – 50). Sciences Po must clearly become open at all levels (51 – 54). Sciences Po will continue and deepen its contribution to the democratisation of higher education, by setting up higher objectives of social diversity in its midst (55 -62), by facilitating the continuity between secondary and university education (63 – 64), and by working to bring closer preparatory classes, grandes écoles and universities (65 – 68).

To further the inheritance of its founders and directors, Sciences Po must continue to evolve and innovate to adapt itself to a world in permanent change. Research shall be therefore more than ever at the heart of our university’s strategy (69 – 81), and will be renewed by the contribution of digital humanities (82 – 85), and new strategic partnerships. The undergraduate programs will be enriched (86 – 128), with the introduction of new fundamental teaching subjects and the creation of innovative formations in partnership with other higher education institutions (CPGE, IUT, universities, engineering schools), new public and private partnerships, subjects and course tracks. Continuing education shall be renewed (129 – 140), especially with tailored programs for elected officials, social partners and members of the educational world. Innovation will be accelerated (141 – 152) by putting in place a digital revolution, first in teaching and documentary resources. To reduce digital gaps, all our students must be given the opportunity to acquire a genuine digital literacy. We must also encourage their innovative and entrepreneurial capacities (153 – 157), in particular by creating a fund for student innovation and initiatives. Sciences Po must also become a “citizen’s university”, by creating in the Sciences Po publishing house a new section dedicated to high school students, and by transforming the bookstore into an international platform for digital humanities. We also wish to create an open platform for online courses and methodology (Massive Open Online Courses). Sciences Po will place the success of its students at the core of its educational project (172 – 197). Along with improved representation and work conditions, students will have access to new innovative services. The value of Sciences Po’s professors will receive greater recognition (198 – 206), in order for them to be better associated to the university’s life (207 – 212).

To preserve and consolidate our model, whilst at the same time furthering our ability to create, it is necessary for the actors of Sciences Po’s life to appropriate themselves their school again and to see their value recognised. Apart from the students and professors, we will give greater importance to the employees, with a renewed social dialog (213 – 214), new management modes (215 – 219), and the use of digital tools to improve the work experience (220 – 225). We also seek to fully associate the alumni to Sciences Po (226 – 237), and to have the researchers become full-time associates to the university’s success (238 – 246). Last but not least, Sciences Po’s development model will have to be based on sustainable, equal and responsible finances. It will be important to consolidate the share of public money we receive (247 – 252), and even more to increase our other sources of funding (253 – 258). Our network of alumni will also have to contribute (259 – 260), in order to ensure a long lasting source of funds to Sciences Po, whilst reinforcing our independence.

La synthèse de mon projet pour Sciences Po

Sciences Po a le devoir de mettre en œuvre une gouvernance exemplaire, collégiale, démocratique et paritaire. L’adaptation des statuts (propositions 1-9) permettra de rendre nos instances plus représentatives, et de nouveaux modes de direction (10-20) privilégieront la consultation, la concertation, et l’évaluation tout en renforçant la responsabilité sociale de Sciences Po. Pour garantir durablement une gestion irréprochable, des améliorations immédiates seront apportées (21-25), telle que la mise en œuvre intégrale des recommandations de la Cour des Comptes ou la suppression des « bonus » des cadres dirigeants. Nous devrons assurer un développement mieux maîtrisé(26-31) de notre établissement, en promouvant une gestion rationalisée, responsable, maîtrisée et optimisée de nos ressources. Loin de se replier sur soi, Sciences Po doit plus que jamais être une « école ouverte », telle que conçue par Emile Boutmy. Il est urgent derétablir des relations normales avec nos interlocuteurs publics (32-36), de mettre Sciences Po au service de la refondation de l’enseignement supérieur et de la recherche (37-42), notamment par l’instauration d’une véritable coopération avec les autres IEP, et de poursuivre notre internationalisation tout en renforçant nos liens avec notre environnement immédiat (43-50). Sciences Po doit clairement adopter une démarche d’ouverture à toutes les échelles (51-54). Sciences Po poursuivra et approfondira sa contribution à la démocratisation de l’enseignement supérieur dans son ensemble, en se fixant des objectifs plus ambitieux de mixité sociale en son sein (55-62), en favorisant la continuité entre l’enseignement secondaire et supérieur (63-64), et en oeuvrant au rapprochement entre les classes préparatoires, les grandes écoles et les universités (65-68).

Pour s’inscrire dans l’héritage de ses fondateurs et de ses directeurs, Sciences Po doit continuer d’évoluer et d’innover pour s’adapter à un monde en constante mutation.  La recherche sera donc inscrite plus que jamais au cœur de la stratégie de notre établissement (69-81), et sera notamment renouvelée par l’apport des « humanités numériques » (82-85) et par de nouveaux partenariats stratégiques. L’offre de formation initiale sera enrichie (86-128) par l’introduction de nouveaux enseignements fondamentaux et la création de nouvelles formations innovantes associant d’autres établissements universitaires (CPGE, IUT, universités, grandes écoles d’ingénieurs), de nouveaux partenariats publics et privés, de nouvelles disciplines et filières. L’offre de formation continue sera renouvelée (129-140), notamment par des formations innovantes à destination des élu(e)s, des partenaires sociaux et des acteur(rice)s du monde éducatif. L’innovation sera accélérée (141-152) par la mise en œuvre d’une révolution numérique, en premier lieu dans les enseignements et les ressources documentaires et pédagogiques. Pour réduire les fractures numériques, nous devons doter tou(te)s nos étudiant(e)s d’une culture générale numérique (« digital literacy ») et encourager la capacité d’innovation et d’entreprenariat des étudiant(e)s (153-157), notamment par la création d’un Fonds pour l’innovation et les initiatives étudiantes. Sciences Po a en outre vocation à devenir une « université citoyenne » (158-171), en créant au sein des Presses de Sciences Po un nouveau secteur scolaire et parascolaire à destination des lycéen(ne)s, en faisant de la librairie en ligne un portail international pour les Humanités numériques (« Digital Humanities ») et en lançant une plateforme ouverte de cours et de méthodologie en ligne(« Massive Open Online Courses »). Sciences Po placera la réussite des étudiant(e)s au cœur de son projet éducatif (172-197) : mieux représenté(e)s, doté(e)s de meilleures conditions matérielles d’études, ils (elles) bénéficieront de nouveaux services innovants. La valeur des enseignant(e)s de Sciences Po sera davantage reconnue (198-206), de sorte qu’ils (elles) soient mieux associé(e)s à la vie de l’établissement dans son ensemble (207-212). Pour préserver et consolider notre modèle tout en développant notre capacité d’entreprendre, il est indispensable de permettre aux acteur(rice)s de la vie de Sciences Po de se réapproprier leur institution et de voir leur valeur reconnue. Outre les étudiant(e)s et les enseignant(e)s, il s’agira de valoriser davantage le rôle des salarié(e)s, par un dialogue social rénové (213-214), un nouveau mode de management(215-219) et le déploiement d’outils numériques au service de la qualité de vie au travail(220-225). Il s’agira aussi d’associer pleinement les Alumni à la vie de Sciences Po (226-237), et de faire des chercheur(se)s des acteur(rice)s à part entière du rayonnement de notre établissement(238-246). Enfin, le modèle de développement de Sciences Po devra reposer sur un financement durable, équitable et responsable. Il sera essentiel de consolider le financement public (247-252), et plus encore d’accroître nos ressources propres (253-258), et enfin de faire davantage et mieux appel à notre réseau d’ancien(ne)s (259-260) pour assurer un financement pérenne de Sciences Po tout en renforçant notre indépendance.

« Les 260 propositions de David Colon pour Sciences Po » (Le Monde, 1er février 2013)

Propos recueillis par Nathalie Brafman

Il ne s’était pas présenté la première fois. Il a décidé de sauter le pas cette fois. David Colon, 39 ans, enseignant à l’IEP de Paris depuis 2001, chercheur depuis 2002, membre de l’administration depuis 2003 et directeur du campus de Paris du Collège universitaire de Sciences Po (4000 élèves sur les trois premières années) depuis 2010, explique sa démarche et son projet pour l’établissement -260 propositions pour Sciences Po- qu’il a décidé de rendre public sur Le grand amphi. Sur Facebook, un comité de soutien a déjà rallié près de 650 personnes.

Pourquoi êtes-vous candidat aujourd’hui ?

A la mort de Richard Descoings, Hervé Crès était le plus légitime pour lui succéder immédiatement. J’avais espoir que notre établissement échappe à une crise ouverte. Cet espoir a été déçu.

Trouvez-vous que la nouvelle procédure mise en place aujourd’hui plus transparente que la première ?

Il y a un progrès, c’est indéniable, dans la mesure où les salariés, les enseignants et les anciens y sont représentés à côté des étudiants. Je prends acte de la volonté du comité de recherche de travailler en toute transparence mais je regrette qu’il ne soit pas davantage représentatif des différentes composantes de Sciences Po : les représentants des étudiants, des enseignants, des chercheurs, des salariés et des anciens n’y sont pas représentés à proportion de tout ce qu’ils apportent à la vie et au financement de l’établissement.

Le comité de recherche reflète l’organisation actuelle de nos institutions. Il est le reflet du caractère très peu représentatif du conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP). C’est pourquoi, une refonte des statuts est nécessaire. Aujourd’hui, les étudiants, les chercheurs, les enseignants, les anciens et les salariés sont représentés en fonction de collège électoraux obsolètes. Il faut que ce conseil soit composé au moins à 50% de représentants élus des différentes composantes de Sciences Po.

Quel héritage de Richard Descoings conserverez-vous ?

L’héritage de Richard Descoings n’est pas un bloc. J’ai contribué sous sa direction à la politique d’égalité des chances, à la démocratisation et à la diversification des étudiants.  Je partage sa conviction : Sciences Po a une mission d’intérêt général et doit contribuer à la réussite de tous les élèves, et pas seulement de ceux de Sciences Po, et aux transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche. Sa gestion doit être aussi parfaitement irréprochable. Il faudra que Sciences Po mette en oeuvre toutes les recommandations de la Cour des comptes, sans la moindre exception.

L’octroi de primes exceptionnelles accordées au membre du comité exécutif avait défrayé la chronique fin 2011, quelle sera votre politique sur le sujet ?

Je propose que soit supprimée la part variable de rémunération des cadres dirigeants qui n’a pas lieu d’être dans un établissement qui n’a pas vocation à créer de la richesse marchande. Je vais proposer la réouverture de négociations en vue de la conclusion d’un nouvel accord professionnel avec les salariés. Accord qui portera sur un dispositif plus équitable et plus transparent. Je proposerai une augmentation des bas salaires, une réduction des salaires les plus élevés au titre de l’exemplarité. Il faudra aussi créer une direction générale des services, un ou une haut fonctionnaire chargé de la gestion administrative, comme cela existe dans toutes les universités. Cette direction garantira, conformément aux recommandations de la Cour des comptes, que ne soient pas concentrés entre les mains d’une seule personne les décisions d’engagement et leur mise en oeuvre. Emile Boutmy (le fondateur de Sciences Po) disait : il ne faut pas désarmer le pouvoir, il faut armer les libertés. Je crois qu’à Sciences Po, il est indispensable d’armer les libertés.

Quels sont les grands axes de votre projet ?

Je veux promouvoir une école ouverte. Ce sera mon premier axe : Sciences Po doit doit être un établissement qui s’ouvre davantage sur la cité, qui veille à rétablir la confiance avec ses partenaires (tutelle, collectivités territoriales…), avec les autres IEP en région avec lesquels nous devons favoriser un travail en réseau, avec les universités, les écoles. Il faut aussi accroître l’ouverture à l’international en favorisant la mobilité de tous nos personnels et pas seulement de nos étudiants. Par ailleurs, nous devrons établir un partenariat durable avec les anciens élèves.

Mon deuxième axe : faire de Sciences Po un modèle d’innovation et d’excellence pour la formation et la recherche. Depuis sa création, Sciences Po a toujours innové, il faut qu’elle continue. Dans les cinq prochaines années, la priorité devra être celle de la révolution numérique. Notre école devra proposer des cours en lignes ouverts à tous, ce que l’on appelle les MOOC. Je vais proposer de doter nos élèves d’une culture générale numérique. Il faut que Sciences Po innove en rapprochant les sciences sociales qui sont notre tradition et notre force de domaines nouveaux : les sciences, les techniques, pour proposer en premier cycle un cursus d’humanités digitales entre Sciences Po, classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et un IUT afin de décloisonner les savoirs, dans la continuité de ce que nous avons fait en créant un cursus sciences et sciences sociales, mathématiques appliqués et sciences sociales. Je propose de créer des cursus plus traditionnels mais qui n’existent pas encore en premier cycle : un double diplôme en géographie et sciences sociales, histoire de l’art et sciences sociales… Je propose aussi la création d’un  double diplôme avec une faculté de médecine : santé et sciences sociales, autrement dit une licence généraliste de santé. En master, il y aura aussi des cursus nouveaux. La mission d’intérêt général de Sciences Po est de contribuer à son niveau au décloisonnement entre les grandes écoles, les universités, les CPGE et les IUT, entre les sciences dures et les sciences sociales.

Enfin, mon dernier axe enfin sera davantage d’associer tous les acteurs de Sciences Po internes et externes au développement de notre établissement. Les étudiants sont notre première richesse, ils ont leurs mots à dire dans la gestion et la gouvernance. Mais nous devons davantage les encourager à participer à la gestion de Sciences Po, à entreprendre et à innover. Je veux qu’ils soient mieux représentés dans les instances de l’école ainsi qu’au conseil d’administration de la FNSP.

Quelle sera votre politique en matière des droits d’inscription ?

Le produit des droits de scolarité a été multiplié par huit depuis 2001. Si je suis nommé, je proposerai le gel de ces droits sur cinq ans et le lissage des droits pour éviter les effets de seuils. L’éducation n’est pas une valeur marchande. Nous devons améliorer la qualité des services envers nos étudiants et ne plus les considérer comme un coût d’un côté mais comme le principal financeur privé de l’autre. Au contraire, nous devons améliorer la qualité des services rendus aux étudiants et nous devons investir dans leur intelligence, dans leur capacité d’entreprendre et d’innover. D’ailleurs, je souhaite la création d’un fonds pour les aider à monter des projet. Fonds qui serait abondé par des partenaires publics et privés et par des anciens de l’école.

Les anciens élèves ont le sentiment d’être tenus à l’écart, que ferez-vous pour les rapprocher de l’école ?

C’est vrai, nous n’avons pas su mobiliser le réseau des anciens. Quand je vois, dans le budget 2013, la part du financement qui revient aux dons, je me dis que l’on peut faire collectivement mieux à la condition d’établir un véritable partenariat à l’égard des anciens élèves. Beaucoup de nos anciens sont perturbés par la crise que nous traversons depuis un an, il faut les rassurer et rétablir la confiance. Il faut que nous établissions de réels partenariats avec eux avec des objectifs partagés y compris en terme de financement de l’institution. Je sais que l’association des anciens est demandeuse d’un tel partenariat. Enfin, nous devons reconnaître les anciens à leur juste valeur et les impliquer davantage dans la vie de l’établissement. Je propose aussi de permettre le développement de l’association des anciens en rendant systématique, passé un semestre, l’inscription de nos élèves à l’association , y compris pour les élèves en échange. En quelques années, nous pourrons renouveler en profondeur la composition de cette association et faire en sorte que les liens entre les étudiants et les anciens soient plus étroits.

On critique souvent le fait que Sciences Po a beaucoup trop de vacataires et trop peu d’enseignants-chercheurs maison, qu’en pensez-vous ?

Sciences Po doit accroître sa faculté permanente par le recrutement de nouveaux enseignants-chercheurs de rang international. En même temps, il me paraît nécessaire de préserver ce qui fait depuis sa création la spécificité et l’originalité de Sciences Po, c’est-à-dire le recours à des enseignants d’autres établissement. Une condition pour que Sciences Po reste ouverte sur la société c’est précisément que nous continuions à faire appel à des enseignants non permanents.

En quoi êtes-vous légitime pour vous présenter ? Répondez-vous aux critères fixés par le comité de recherche ?

Je réponds aux quatre critères : connaître l’établissement, le monde universitaire et les disciplines enseignées à Sciences Po et enfin avoir des qualités de management.

En tant qu’ancien, chercheur, enseignant permanent et membre de l’administration, je connais bien la maison et ces évolutions récentes.

Je dirige le campus de Paris et ses 4000 étudiants et ma gestion est exempte de reproches.

Je ne suis pas un universitaire puisque je suis professeur agrégé affecté dans le supérieur et chercheur spécialiste des institutions universitaires et des mouvements étudiants. Mais mon travail à Sciences Po depuis dix ans m’a rendu familier des problématiques de l’enseignement supérieur en France et à l’étranger. J’ai par ailleurs une solide expérience au sein de groupes d’experts sur le scolaire et le supérieur.

Enfin, j’appartiens à l’une des disciplines de Sciences Po en tant que chercheur,  membre élu du département d’histoire. J’ai aussi une excellente connaissance de toutes les autres disciplines enseignées en tant que responsable pédagogique. J’ai été responsable du premier cours obligatoire de sociologie, de droit… Et je connais aussi très bien les enseignements trans ou pluridisciplinaires.

On dit que pour gérer Sciences Po, il faut aussi avoir un bon réseau politique, ce que Richard Descoings avait, est-ce aussi votre cas ?

Plus que le réseau, le plus important, à mes yeux, est d’être doté d’un sens politique. La précédente procédure de recherche reposait sur un concours de profil, j’aimerais que cette procédure repose davantage sur un concours de projets. Et surtout, je souhaite que le plus grand nombre de candidats adopte une démarche transparente en rendant public leur projet.

 

Why do I wish to become director of Sciences Po

The first reason for my candidacy for the directorship of Sciences Po is both self-evident and yet essential: I have deep and unshakeable ties with this institution. Alumni, permanent teacher, researcher, member of the university’s administrative staff, I owe my whole professional career to Sciences Po. Each of these steps allowed me to measure how the most rigorous and exacting intellectual tradition can live in harmony with renewed, forward looking and world reaching vision, openness and ambition. I love Sciences Po as a vibrant and lively organisation, not as some sacred cow of the French higher education system. I have an in-depth knowledge of the university’s inner workings, subtle balance, and of the men and women who work there on a daily basis. This is the experience I wish to bring to Sciences Po, at one of the most capital moments in its history.

My candidacy is based on one simple idea: to give more weight to those who work each day to uphold and maintain Sciences Po’s service of the general interest. For too long, have they been unable to express themselves. The impressive results reached for the last ten years, in teaching, in research; in international development and reputation are the collective work of the employees, teachers, students, researchers and alumni. They cannot be collectively held responsible for the errors made in Sciences Po’s management and governance. This is something I intend to assert as clearly as possible.

Last but not least, I am convinced the choice of Sciences Po’s future director must be underpinned by a dynamic and courageous vision. To prepare the younger generations to the world in which they will be working, I intend to promote an intellectual and educational project, both demanding and adapted to the contemporary worlds realities. I have the will, not only to bring to an end the past management mistakes, but also and especially to guarantee an exemplary, transparent and collegial management and governance of Sciences Po on the long-term.

This project has been nourished by numerous exchanges with students, teachers, researchers, administrative staff, and alumni. The objective it seeks to accomplish is to return Sciences Po to those who embody it on a daily basis. Sciences Po must become, more than ever, an open school (“école ouverte”), a testing ground for pedagogical innovations and research, as well as a player in the transformation of the world of education. In my eyes, Sciences Po must continue its work to diversify, democratise and transform higher education, research, and the society beyond, as foreseen by its visionary founder: Emile Boutmy.

Sciences Po must of course preserve, and consolidate, its present strength and originality: the autonomy, the educational model, and the ability to create. It must at the same time resist to the temptations of isolationism. Thus, I am convinced of the necessity to adapt the statutes, the governance and the workings of Sciences Po, in order for the students, the teachers, the researchers, the employees, and the alumni, to become fully fledged actors of the university’s policy and choices. Only with those energies will Sciences Po be able to accomplish its destiny as an international, world-level institution in higher education and research.

This is my ambition, this is the ambition of all those who embody and love Sciences Po.

Pourquoi je suis candidat à la direction de Sciences Po

La première raison de ma candidature à la direction de Sciences Po est évidente mais essentielle : je suis profondément et indéfectiblement attaché à cette institution. Je considère que je lui dois tout, d’abord en tant qu’ancien élève, puis comme enseignant permanent, chercheur, et enfin membre de son administration. A chaque étape de mon parcours, j’ai pu mesurer combien l’exigence et la tradition intellectuelles les plus rigoureuses peuvent s’accorder avec une vision, une ouverture, une ambition sans cesse renouvelées, tournées vers le monde et l’innovation. J’aime Sciences Po, non comme une icône intouchable de la formation supérieure française, mais bien comme une maison vivante que je connais intimement, aussi bien les hommes et les femmes qui la font vivre au quotidien que ses rouages et ses équilibres les plus subtils. C’est cette expérience, ma fidélité et mes convictions que je veux mettre au service de Sciences Po, à l’un des moments sans doute les plus cruciaux de son histoire.

Ma démarche repose sur une volonté forte : porter la voix de toutes celles et ceux qui œuvrent, chaque jour, pour la mission d’intérêt général de Sciences Po. Ils ont été trop longtemps privés de la possibilité de se faire entendre. Les résultats remarquables obtenus depuis dix ans, en termes d’enseignement, de recherche, de développement et de rayonnement international de la maison sont en effet le fruit d’un travail collectif des salarié(e)s, des enseignant(e)s, des étudiant(e)s, des chercheur(se)s et des Alumni. Ils ne sauraient en aucun cas être tenu(e)s collectivement responsables des dysfonctionnements constatés dans la gestion et la gouvernance de Sciences Po. J’entends clairement le faire valoir.

Enfin, j’ai la conviction que le choix du futur directeur ou de la future directrice de Sciences Po doit reposer sur une vision dynamique et courageuse. Pour préparer les jeunes générations au monde dans lequel ils agiront demain, j’entends promouvoir un projet intellectuel et éducatif à la fois exigeant et adapté aux réalités du monde contemporain. J’ai la volonté non seulement de mettre fin aux dysfonctionnements passés, mais aussi et surtout de garantir durablement une gestion et une gouvernance de Sciences Po exemplaires, transparentes et collégiales.

Ce projet a été nourri par mes nombreux échanges avec des étudiant(e)s, des enseignant(e)s, des chercheur(se)s, des cadres administratifs et des ancien(ne)s de Sciences Po. Il vise à rendre Sciences Po à celles et ceux qui le font vivre et avancer au quotidien. Il s’agit, sans trahir son indépendance, de faire plus que jamais de Sciences Po une « école ouverte », un laboratoire d’innovations pédagogiques et de recherche, et un acteur des mutations du monde éducatif. Sciences Po, à mes yeux, doit poursuivre son œuvre pour la diversification, la démocratisation et la transformation de l’enseignement supérieur et de la recherche, et au-delà de la société toute entière comme le pressentait déjà son fondateur visionnaire Emile Boutmy.

Sciences Po, bien entendu, doit préserver et consolider ce qui fait sa force et son originalité : son autonomie, son modèle éducatif, sa capacité d’entreprendre. Il doit en même temps résister à la tentation du repli sur soi. Je suis convaincu par conséquent de la nécessité d’adapter les statuts, la gouvernance et le fonctionnement de Sciences Po pour que les enseignant(e)s, permanent(e)s ou non, chercheur(se)s, CNRS ou FNSP, étudiant(e)s, salarié(e)s et Alumni soient tous désormais des acteurs à part entière de sa politique et de ses choix. C’est fort de ces énergies que Sciences Po pourra accomplir sa destinée d’université internationale de formation et de recherche de rang mondial.

Telle est mon ambition, telle est celle de toutes celles et de tous ceux qui font vivre et aiment Sciences Po.